Cover Campaign Inspiration
X

Close

Swipe to the left

10 façons de stimuler votre métabolisme en la partie la plus froide de l'année

Imprimer
10 façons de stimuler votre métabolisme en la partie la plus froide de l'année
By Frederik Gammelby Jensen 12 days ago 44 Views

Marie Park


Air froid, routes routes glissantes, ciel gris… cela vous donne-t-il envie d’aller à la salle de sport ou de sortir faire un jogging? Probablement pas! Pendant la partie la plus froide de l'année, il peut être plus difficile de vous lever et de partir quand vous êtes confortablement installé sous une couverture pour vous protéger des éléments.

Ceci, combiné aux tentations lors des vacances, peut être une recette pour le gain de poids et la léthargie pour certains. Pas de crainte, cependant. Voici 10 conseils pour vous aider à ne pas sombrer dans une déroute du métabolisme.


Comment maintenir votre métabolisme pendant la partie la plus froide de l'année

  1. Prenez un petit déjeuner. Un solide petit déjeuner vous permet de rester énergique et concentré tout au long de la journée. Ceux qui ne mangent pas le matin sont moins actifs que ceux qui le font.1
  2. Buvez beaucoup d’eau.
    Bien sûr, l’eau est nécessaire à toutes les fonctions vitales… Rester hydraté est par conséquent aussi important pour favoriser le métabolisme de combustion des graisses et ainsi préserver les protéines destinées au renforcement musculaire.2
  3. Faites du sport – au moins un peu. De courtes séries d’exercices intenses peuvent vous permettre de brûler plus de calories que de longues sessions peu intenses. Le muscle lui-même augmente votre taux métabolique, donc ajoutez aussi de la musculation. Vous n’avez pas accès à une salle de sport et des équipements ? Essayez d’utiliser des boites de conserve, des bouteilles, des valises, des sacs de farine ou de sucre ou même vos enfants ! Soyez créatif.
  4. Mangez souvent. Prendre des collations toutes les 3 à 4 heures maintient le métabolisme en activité toute la journée par rapport à des repas copieux plus espacés (ce qui ralentit le métabolisme car le corps passe en mode de stockage). Surtout, ne sautez aucun repas !
  5. Pimentez. Ajouter un peu de punch à vos repas peut également augmenter le métabolisme. Alors, allez-y, ajoutez des piments et saupoudrez avec des flocons de chili !
  6. Mangez plus de protéines. Remplacer une partie de la quantité de lipides ou de glucides par une option plus protéinée peut soutenir la combustion de graisses par les muscles. Comme bénéfice supplémentaire, la digestion des protéines requiert plus de calories que la digestion des lipides et des glucides. Choisissez des protéines maigres comme le poulet, le thon, les blancs d’œufs, etc.
  7. Faites chauffer la cafetière. Le café consommé avec modération a beaucoup d’avantages pour la santé, notamment en raison de sa teneur en caféine. La caféine accélère le métabolisme tout en donnant l’énergie et la concentration dont vous avez besoin pour effectuer une séance d’exercice efficace.
  8. Gardez-vous au frais. Garder la chambre fraiche pour la nuit augmente la proportion de tissu adipeux brun (un type de graisse qui fonctionne comme les muscles, permettant de brûler des calories).3
  9. Dormez suffisamment. En parlant de la chambre… des périodes de sommeil courtes sont associées à des choix alimentaires malsains et un risque accru de trop manger.4
  10. Gardez le sourire. Quand vous êtes stressé, vous produisez des taux plus élevés de l’hormone cortisol qui contribue à engraisser. Garder le sourire permet d’abaisser le niveau de stress pour vous et votre entourage!5

Avoir des moments de paresse et apprécier un bon livre sous la couverture est parfaitement compréhensible mais suivre certains des conseils précédents au quotidien peut permettre d’éviter de sombrer dans la dépression dans la partie la plus froide de l'année.


Références:

  1. Proc Nutr Soc. 2015 Dec 14:1-9.
  2. Eur J Clin Nutr. 2003 Dec;57 Suppl 2:S69-74.
  3. Diabetes. 2014 Nov; 63(11): 3686–3698.
  4. Int J Obes (Lond). Author manuscript; available in PMC 2014 Mar 14.
  5. Psychol Sci. 2012;23(11):1372-8.